La Belgique et les loups.

art-206294.jpgPour le Département de la Nature et des Forêts de la région, la chose est fort plausible 

PHILIPPEVILLE Jean-Pierre Scohy est directeur de la DNF (Département de la Nature et des Forêts) division province de Namur. La semaine dernière, il a reçu un e-mail lui précisant qu’un loup avait été aperçu à Philippeville, le long de la N5. “J’ai effectivement reçu l’e-mail d’un monsieur qui aurait aperçu un loup.”

Pour Jean-Pierre Scohy, la présence d’un loup à cet endroit n’est pas impossible : “On en trouve dans le sud de la Hollande et dans les Vosges.”

Nous avons trouvé les coordonnées du témoin. Il souhaite garder l’anonymat mais nous assure qu’il ne commet pas d’erreur. Il a bel et bien vu un loup. “C’était vers 3 h du matin près du rond-point sur la N5 à Philippeville. Je l’ai vu traverser. J’ai ralenti, il a pris peur et il s’est enfui. J’avais un autre passager dans ma voiture qui l’a vu également.”

Et si notre témoin est aussi sûr de ce qu’il avance, c’est qu’il s’y connaît en loups : “Il y a quelque temps, j’ai travaillé avec des loups. Ici, il ne s’agissait pas d’un chien. La démarche était typique de ce type d’animal.”

Difficile pour l’heure de dire si un loup rôde bien dans la région de Philippeville. Mais le récit de notre témoin, bien qu’anonyme, semble crédible.

Il n’y a donc pas de raison de céder à la panique (voir par ailleurs), les meutes de loups n’ont pas envahi la région. Tout au plus, l’animal aperçu la semaine dernière “est sans doute un animal égaré” , précise encore Jean-Pierre Scohy.

Il faut savoir qu’en Belgique le dernier loup a été abattu en 1898. L’année dernière (septembre), un spécimen a pu être observé dans la région de Gedinne (voir par ailleurs). À l’époque, un spécialiste français du loup, Eric Marboutin, avait déclaré à la VRT qu’il n’était pas impossible que dans les années qui viennent on revoie des loups sur notre territoire.

À l’époque, l’association Natagora s’était réjouie du retour du loup dans nos contrées en affirmant que “le retour de ce grand prédateur de nos forêts est un gage d’une bonne santé écologique de nos écosystèmes. La Wallonie offre une terre d’accueil idéale pour le loup. Il y a de grandes zones boisées peu peuplées et une surabondance artificielle de proies comme les sangliers et chevreuils. Étant donné le retour progressif du loup dans les contrées avoisinantes (France, Allemagne), des apparitions de loups en Belgique étaient à prévoir”