En Belgique.

 

Des riverains avaient constaté des attaques sur du gibier depuis plusieurs jours. Une équipe de la VRT s'est rendue sur place et a dissimulé une caméra infrarouge dans un arbre. Après quelques jours, l'animal a fait son apparition. Pas de doute, c'est bien un loup. Un spécialiste le confirme sans hésiter.
A première vue, il s'agit d'un mâle. Il a sans doute été rejeté par sa meute. Il faut dire que dans les pays voisins du nôtre, comme la France et l'Allemagne, les meutes de loups sont nombreuses.
Le loup est animal qui peut se déplacer rapidement et parcourir de nombreux kilomètres en peu de temps. par ailleurs, il adore les forêts denses. C'est dire si ces animaux peuvent apprécier les terrains de chasse de l'Ardenne belge.
"L'animal n'est visiblement plus dans le coin"
"Les gens étaient un peu tracassés en apprenant qu'un loup avait été aperçu dans un bois de la commune, mais l'animal n'a plus fait de dégâts depuis fin juillet et il n'est visiblement plus dans le coin pour le moment", a indiqué vendredi le bourgmestre de Gedinne, Vincent Massinon, à l'agence Belga. Aucune mesure spéciale n'a été prise par la commune.
 
"Le fait que des images du loup ont été enregistrées est une bonne chose. Elles permettront aux éleveurs qui ont perdu des bêtes de se faire rembourser par la Région", a ajouté Vincent Massinon.
 
Le bourgmestre de Gedinne avait été averti de la présence de l'animal dès le mois de juillet. "Le loup aperçu est probablement un animal sauvage, il pourrait provenir de la région des Vosges qui n'est pas tellement éloignée. Une réintroduction illégale de l'animal est cependant également possible", a-t-il conclu.
 
Surveillance spécifique des bois

Une demande de surveillance plus spécifique des grands gibiers et des éventuels prédateurs a été mise en place durant le mois d'août par le Département de la Nature et des Forêts (DNF), après que l'équipe de la VRT a enregistré les images d'un animal qui semblait être un loup, a expliqué vendredi à l’agence Belga le directeur-général du SPW Environnement, Claude Delbeuck.

"Le dossier a été traité et suivi par nos services sans difficultés au mois d'août. Pour le moment, aucune surveillance n'a lieu car plus rien ne s'est passé depuis le 26 juillet. L'animal n'a pas été aperçu et il n'a donc pas été intercepté. Le loup est une espèce protégée, sa capture n'est envisageable que s'il présente un risque particulier", a précisé M. Delbeuck.

Un part de scepticisme

Alors que l’expert français interviewé dans le reportage, Eric Marboutin, affirme qu’il s’agit bien – selon lui – d’un loup, certains mettent en doute la présence du mâle dans nos campagnes et forêts. Il faut dire que la dernière espèce de loups recensée en Belgique a été abattue en 1898. Il y a 113 ans.

Pourtant, sur les images tournées par nos confrères de la VRT, il y a de quoi s’y tromper : l’animal est gris  avec des nuances claires, il a la queue courte et tombante, et  le dessus des lèvres tout blanc. Des caractéristiques propres au loup. Et puis, il y a ces cas d’animaux égorgés : huit brebis ont été attaquées au cou à la fin du mois de juillet. Soit exactement au moment où l’équipe de la VTR tournait son reportage. Pour information, les reporters tournait une émission animalière avec, comme angle principal à leur sujet, la question de savoir si le lynx n’était pas réapparu dans la région de Gedinne.

Certains, comme Etienne Brunelle (le responsable animalier du domaine des grottes de Han), émettent quelques doutes quant à la présence d’un loup en Belgique. Etienne Brunelle gère une quinzaine de loups. Selon lui, malgré les rumeurs de présence de loups dans les Vosges ou en Allemagne, la première trace avérée de ces animaux en Europe est beaucoup plus lointaine : ''Les plus proches se trouvent à la frontière italienne. Est-on vraiment sûr qu’il s’agit d’un loup ? On peut par exemple facilement le confondre avec le chien-loup de Saarloos.''

Loup ou pas. En attendant, Etienne Brunelle se veut tout de même rassurant : même s’il s’agissait bien d’un loup, ''il n’y a aucun danger à redouter pour l’homme. Une fois dans la nature, les loups – que l’on dit dangereux – optent toujours en premier pour la fuite, avant l’attaque. De plus, l’animal a peur de l’homme.''

Pour l’instant, il n’existe aucune preuve irréfutable du fait que l’animal rôde bel et bien dans nos forêts. Les traces de morsure correspondraient bien aux canines d’un loup… Sauf que depuis les faits (en juillet), l’animal n’a plus donné signe de vie. Aux Pays-Bas, par contre, un loup aurait été signalé il y a deux semaines. Le même ? Mystère…


00 19042 1276351141631 6545275 n 1

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×